Posté le 04/02/2019

Entretien avec Gédéon Pochat « J’ai la chance d’être polyvalent et performant sur la saison d’été comme celle d’hiver »

Fort de ses aptitudes en glisse, Gédéon est un infatigable. Trail, Ski, Football et école de commerce, il ne s’arrête jamais. Entretien exclusif avec Gédéon Pochat, skieur et traileur, vecteur d’espoir pour le sport français. 



  Gédon à l'effort, dans une descente tout en contrôle  ©



Qu’est ce qui t’a conduit à t’orienter vers le ski, le trail ou encore l’alpinisme ? 

J’ai été habitué des terrains de football jusqu’à mes 16/17 ans mais la mentalité ne me plaisait pas forcément. C’est un sport où rivalités, tensions et coups bas sont permanents, que ce soit en match ou à l’entrainement.  

En participant à la Montée de la Tournette, course que je faisais chaque année avec mon grand père depuis mes 8 ans, l’entraineur des jeunes du club Alpin d’Annecy m’a repéré et m’a orienté vers le ski à plus haut niveau.



Quel a été le moment le plus fort que tu ais vécu depuis le début de ta carrière ?

Jusqu’à présent, il s’agit d’un moment purement montagne. J’ai un souvenir impérissable de ma première descente du Mont Blanc. Du haut de mes 16 ans, j’ai trouvé le paysage d’une pureté et d’une sérénité incroyable. 

D’un point de vue exclusivement sportif, ma première sélection en Equipe de France est un souvenir fort car c’est elle qui m’a donné la perspective de pouvoir faire quelque chose à l’échelle internationale. 



«  S e  p o u s s e r  à  s e  s u r p a s s e r  »


A contrario, quelle fut ta plus grosse déception? 

Ma blessure en 2015 a mis mon mental au plus bas. Les ligaments étaient touchés. J’ai dû passer sur la table d’opération. Suite à cette intervention, j’ai passé noël, le nouvel an et mon anniversaire en centre de Rééducation. Moment incroyablement dur sur le plan moral, cette épreuve m’a permis de rebondir et de revenir encore plus fort. 



Comment te prépares-tu psychologiquement à la compétition, surtout après avoir vécu une blessure comme celle-ci ? 

Ma motivation réside dans la détermination de mes objectifs. Pendant ma convalescence, je gardais toujours un objectif en tête. Si je ne pouvais assurer sur la saison d’hiver, je me concentrais sur l’été et le trail. J’ai la chance d’être un  polyvalent et d’être performant sur la saison d’été comme celle d’hiver. 

Cette blessure a été un vecteur de performance. En effet, dans la foulée de celle-ci, j’ai participé au « challenge over the mountain » en trail. Suite à cette course je suis entré dans la Team Salomon. Le jour de la course j’ai repensé à tout ce que j’avais subi pour en arriver là. Ca m’a poussé à me surpasser. 


«  D é p a s s e m e n t  d e  s o i ,  P e r f o r m a n c e ,  E x c e l l e n c e  »



Quelles sont les valeurs que tu souhaiterais inculquer et transmettre dans les univers « entreprises » et « particuliers » présents sur Squarechamps.com ? 

Fort de mon expérience, je pense pouvoir transmettre des valeurs profondes telles que le dépassement de soi, de performance et d’excellence. 

Sociable et aimant le contact humain, je pense être en capacité d’assurer une pédagogie adaptée à mon interlocuteur. Je suis jeune mais je suis tout de même doté d’une expérience et d’un vécu qui sauront être un plus pour une entreprise.


«  A t t e i n d r e  l e  n i v e a u  d e s  s é n i o r s  »


Quelles sont tes ambitions sur le long terme et également sur la saison à venir ?

En matière de ski, j’ai eu un début de saison un peu en vertical. Les championnats de France n’ont pas été une grande réussite en ce qui me concerne. Malgré cela, j’ai tout de même été sélectionné pour la Coupe du Monde en Andorre. Je sais que je peux performer et faire de bons résultats. A présent, je vais tout faire pour être sur la prochaine sélection des Championnats du Monde.  

En matière de trail, Salomon a lancé le challenge du Golden Trail National dans lequel j’aimerai faire un podium. 

Passant en catégorie Sénior cette année, 24 ans le 4 janvier, j’aimerais vraiment y faire ma place. Entre les Jeunes et les seniors, le fossé est assez conséquent. Il faut se donner à fond pour égaliser le niveau des athlètes déjà en place.



Qu’est-ce que tu fais de ton temps libre quand tu n’es pas sur des skis ? 

Quand je ne m’entraîne pas, j’aide mon père dans son entreprise d’affinage de reblochon. Parallèlement, je fais également des études de commerce. Pas à l’abri d’une grave blessure, je préfère détenir un diplôme qui m’aidera dans ma reconversion. 


                                       
                                                       Par Axelle Steffen 
Partenaires
Devenez membre du carré des champions et restez à la pointe en recevant de l'actualité sportive de qualité
Veuillez entrer une adresse email valide
Merci de vous être enregistré dans notre liste de diffusion !
Newsletter